poirebellehelene

... au caramel poivré

mardi, juin 20, 2006

nid de bourdons

J'ai un nid de bourdons sous ma terrasse.
Ces derniers temps, ces jolis insectes bourdonnent à mes oreilles lorsque je me prélasse sur ma terrasse (j'y fais même des vers, et je les soupçonne d'avoir inspiré des poètes). J'ai remarqué qu'ils affectionnaient un jasmin planté dans un petit regard entre le mur de la maison et la dalle de la terrasse. Ils vont et viennent apparemment amicalement, mais sans me serrer de trop près. Je les ai pris nonchalemment comme une fantaisie de cet été. Ils ne s'intéressent même pas aux gâteaux ou autres mets non sucrés que nous consommons sur la terrasse, à l'inverse des guêpes. Ils me respectent, je les respecte.
Et puis, samedi, un de mes frères de passage sur la terrasse, m'a fait remarquer leur manège: va et vient singulier du bleu du ciel à un passage secret sous la dalle de ladite terrasse. Certains s'y engouffraient et y disparaissaient, d'autres s'en échappaient, au mépris total de notre existence et de nos agapes. "Tu héberges un nid de bourdons sous ta terrasse". Je pris alors conscience que j'étais assise sur un volcan, sur une poudrière, que ma terrasse était squattée par des individus dangereux, bref, qu'il fallait faire quelque chose: les pompiers? ils ne se déplacent plus pour les nids de bourdons... et puis, appeler les pompiers, cela me paraissait un peu extravagant(comme le jour où je les ai appelés pour déloger un matou en déroute qui, terrorisé, s'était réfugié sous mon lit et refusait de déloger; ils m'avaient demandé si j'étais sûre que ce n'était pas un tigre... la honte! j'avais fini par le déloger à coups de manche à balai, encore plus terrorisée que lui) A défaut de pompiers, il me fut suggéré d'en parler à Truffaut, ou Leroy Merlin qui me donneraient bien une solution pour enfumer, ou d'une façon ou d'une autre, exterminer ces sales bêtes, dont on me fit remarquer qu'elles avaient le cul rouge, et que c'était l'espèce la plus méchante.
Je choisis finalement d'interroger mon cher Google: je n'étais pas la seule à héberger, ou à avoir hébergé un nid de bourdons et à vouloir m'en débarrasser.Google connaissait la variété au cul rouge, j'interrogeais donc un connaisseur. La réponse fut: mais pourquoi donc voulez vous exterminer ces gentils bourdons? Ce sont des animaux utiles, et inoffensifs. Ils ne piquent que rarement, vraiment quand on les embête, et après sommation d'usage: quand le bourdon est en colère, il vous tourne autour en bourdonnant très fort bzz,bzz, alors là, cessez de faire l'imbécile, et s'il vous pique, c'est que vous l'avez cherché. Google concluait: si vous voulez vraiment vous débarrasser de ces gentilles bebêtes, vous pouvez toujours les ébouillanter, mais à quoi bon? elles ne passeront pas l'hiver.
Je renonçai donc au supplice moyenageux (tant qu'à faire, j'aurais choisi la poix plutôt que l'eau bouillante), et décidai de laisser en vie ce petit monde souterrain. C'était, par surcroit, la solution de facilité. Maintenant, quand je me prélasse sur ma terrasse (c'est devenu une manie), je regarde tendrement ces petites boules veloutées aux fesses rouges. J'admire leur sens de l'orientation, leur ardeur à la tâche. Petites bêtes à qui j'ai sauvé la vie, rescapées d'une erreur judiciaire et de son corrolaire, un supplice immérité. Mon oreille se repose de l'année Mozart en se régalant de leur bz bz serein. Et puisqu'il parait que leur rôle est important dans la fertilisation des plantes , je rêve au bonheur de mon rosier blanc qu'ils affectionnent.
On se crée les ennemis qu'on peut. Bonjour les amis.

5 Comments:

  • At 22:31, Anonymous Anonyme said…

    J'adore le texte. Je m'interrogeai sur les bourdons et ce texte m'a convaincu de ne pas leur faire de mal. Je stressais à chaque fois que je les entendais bourdonner lorsque je mettais le linge sécher. J'essaierai de ne plus m'inquiéter inutilement apparemment.

    Sarah.

     
  • At 16:23, Anonymous Anonyme said…

    bah dis donc, en arriver là pour un chat sous le lit>____<
    ridicule

     
  • At 12:27, Anonymous Benoît said…

    Vous venez (indirectement) de sauver la vie des bourdons à cul rouge qui ont élu domicile sous ma terrasse. Merci pour eux !

     
  • At 13:33, Anonymous Anonyme said…

    merci beaucoup, vous venez sauver la vie des bourdons à "cul rouge" qui squatte dans le mur de ma maison
    beau printemps à vous
    Catherine

     
  • At 10:31, Blogger Louis Bertet said…

    Je tombe sur ce texte alors que je cherchais s'il étaient dangereux.
    Moi je ne trouve pas le nid mais il y en a environ 500 constament sur la maison et les fleur et pelouse du jardin. (50m2 de jardin et pareil la maison) donc vous imaginez que c'est vraiment génant.

    J'ai pu constater malgré tout leur utilité car il nettoie les pipi de mes chiots (environ 20 bourdon par pipi !!) oui je n'avais jamais vu ca avant.

    En bref ce texte m'assure qu'il n'y a pas de danger sans provocation et je vais donc les laisser vivre leur saison, nettoyer toutes nos bactéries et mettre leurs larves en terre pour l'an prochain :)

     

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home