poirebellehelene

... au caramel poivré

lundi, novembre 27, 2006

Johnny

Mozart, Devienne, Johnny, Rampal, sur l’île déserte il faut tout emporter, en vrac : Mozart, Devienne, Rampal, ça va, c’est musicalement correct . Mais Johnny, là, on dirait que j’ai dit un gros mot au milieu d’une jolie phrase.

J’ai adoré les Beatles… mais maintenant, je préfère Johnny : avec le temps, il a fini par m’avoir, peut-être à l’usure, peut-être qu’avec le temps, je deviens nostalgique des mélos d’autrefois.
Il est de ma génération, il a vu passer le même temps que moi, il est incassable.

J’aime bien Johnny, j’aime sa façon grinçante de pleurnicher, sa façon grincheuse de chanter
J’aime ses rengaines, les siennes, et celles qu’il a piratées
J’aime sa voix qu’il arrive à moduler : chaude, rauque, rêche ou métallique, et il a du coffre.. mais quand il gueule, quand il fait le sale gosse, facile de baisser le son ou de lui couper le sifflet. Mozart aussi, bien fort, ça casse les neurones, ça grille les synapses

J’aime bien quand il chante sa vie, quand il se la joue « Les Misérables »
Quand on me dit « je n’aime pas le personnage ».. oui, il est naïf, vulgaire, grandiose, kitsch, il a un faux nom, il truande le fisc, il met le Maroc en Europe et il adore les subordonnées… mais il s’rait pas Johnny, s’il était pas comme ça…

J'ai l'intégrale, et j'me régale.

1 Comments:

  • At 22:37, Anonymous Anonyme said…

    moi aussi je me régale avec une autre intégrale, celle de Mozart. 170CD!

     

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home