poirebellehelene

... au caramel poivré

mercredi, avril 04, 2007

Inspiration

Inspiration : aspirer l’air dans ses poumons. Je suppose que, des alvéoles pulmonaires, une multitude de petites bulles d’oxygène s’éparpillent dans les neurones, provoquant un remue-méninges… En fait un peu comme des bulles de Champagne. Apparaît alors la Muse et son souffle divin. Dernière étape : expirer sur sa feuille…

Je manque d’inspiration, car ma Muse est .. la 2035, K de surcroît. Elle succède à la Muse « CIEL », sur fond bleu, le logiciel de comptabilité le plus divin.
Eh oui, c’est de saison, je suis dans la Déclaration d’Impôts. Oh vous, pauvres salariés qui ne connaîtrez jamais l’inspiration divine de la Muse 2035, les délices enfouis dans les petites cases sur fond parme !!
Cette année, à la veille de ma retraite, je suis rôdée, le parcours de la Nationale 2035 n’a plus de secrets pour moi, je peux me recycler : comptable
Je n’ai pas reculé devant 1 heure d’attente à l’AGA pour le plaisir d’observer le petit comptable cocher toutes les petites cases sans trouver une seule faute, conclure à la « cohérence » et la « vraisemblance », et cosigner avec moi : RAS. Cohérente, vraisemblable, rien à signaler, tel est mon portrait, je suis transparente comme une SCI.

Délicieux, le jeune comptable : miniature, svelte, super élégant dans son costume bleu marine, jolie cravate, souriant, longue frange brune bien déployée sur le front, précieux, gaucher, rôdé au trajet bureau-photocopieuse, toujours souriant, souriant, il aime son métier, c’est sûr.
Il s’est assis devant moi, ou moi devant lui, j’étais à l’aise, mes compagnons de 2035, à d’autres tables, devant d’autres comptables, affolés, cherchaient de tous côtés des chiffres envolés en décembre alors qu’on les cherchait en juin. J’étais l’îlot de sérénité dans la tourmente.
Il avait bien failli me déstabiliser en lançant un coup d’œil à un « état », intitulé « Balance des Comptes »…rien à voir avec un divertissement, mais je me méfie des hasards de l'escarpolette... déployé, cet état évoque un parcours de golf à 100 trous avec des tas de drapeaux, ou la dernière formule de la dernière molécule découverte par le dernier Prix Nobel de chimie.
J'ai fait comprendre à mon "gentil comptable" que l’entrevue de cet « état » déclenchait chez moi le « grand malaise vagal ». Il a été compréhensif : il est comptable, et pas médecin…

Il a donc opté pour mon choix et arpenté la feuille mauve et ses appendices KA et KB, partant de mon pantagruelique numéro de SIRET (je ne sais pas comment j’ai réussi à le gagner, celui-là, est–il sorti d’un jeté de dés, me vient-il de mon père ou de ma mère ? Un jour, on me l’a donné, comme un dernier prénom, en me disant que je n’étais plus sirène, mais sirette…)
Dans la main droite, le crayon cocheur, dans la main gauche la calculette, mon GC et moi sommes partis de AA pour arriver jusqu’à CP, en passant par le labyrinthe de la CSG, le dédale des Charges qui pèsent si lourd, sociales ou pas, le CL alimenté par le CQ, échappant heureusement à l’abattement des jeunes artistes. Moi, très fraîche, je me sentais la surdouée de la 2035..
Parcours sans faute,… jusqu’à la CP, la dernière case… une faute !! un 9 pour un 8… retour en CE1 : il faut dire, une soustraction à 5 chiffres, ça craint!! Il était déçu mon gentil comptable, vite du tippex et il n’y paraîtra plus..

Et voilà comment l’ Administration étouffe l’Inspiration.
Mais voilà comment on s’offre une demie heure de bonheur…. elle est pas belle, la vie ????

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home